Traduction: Diffusion Audio Numérique.

Système de radiodiffusion numérique (voir radio numérique) standardisé développé par le projet européen Eureka 147 regroupant des diffuseurs, constructeurs, centres de recherches et opérateurs.

Il se caractérise en bref par:

* Transmission audio numérique utilisant le système de compression du son MPEG et la transmission numérique OFDM.
* Un émetteur émet un bouquet de chaîne plutôt qu’une seule chaîne. On appelle ce bouquet un ensemble ou multiplex. Le bouquet peut être organisé librement par le diffuseur.
* Le système est prévu pour fonctionner dans les bandes de fréquences VHF (ondes ultra courtes) et plus haut dans les bandes SHF. Il est donc un prévu pour une diffusion à l’échelle locale, régionale ou nationale.
* Emission à large bande dans des nouvelles bandes de fréquences. Un émetteur occupe un quart de la place d’un émetteur TV analogique, soit 1,5MHz de largeur de bande. À ce stade en Europe (2004), les fréquences disponibles pour le DAB se situent dans les bande TV: bande 3 et bande L.
* Standard non propriétaire et ouvert. Le standard est disponible à l’ETSI, ref: EN 300 401 et téléchargeable gratuitement. Plusieurs fabricants proposent ainsi des récepteurs et l’équipement professionnel nécessaire à la diffusion.

Par rapport à la diffusion radio analogique en FM sur les ondes ultra-courtes, le DAB offre un certain nombre d’avantages:

* Qualité audio numérique, proche du CD dans certains cas. Absence de bruit de fond dû à une réception moyenne ou aux perturbations.
* Augmentation du nombre de stations par rapport à la bande FM.
* Réseau à fréquence unique. Tous les émetteurs d’un certain bouquet de stations peuvent être synchronisés sur la même fréquence d’où une économie substantielle de fréquences.
* Facilité de recherche de stations. Il n’est plus nécessaire de connaître les fréquences pour chaque région.
* Donnée associées aux programmes: texte défilant, images, informations diverses.
* Ajout d’autres services possibles: transferts de données numériques diverses, vidéo.
* Robuste face aux perturbations lors d’utilisation en réception mobile (voiture, train).
* Economie d’énergie. Au final la puissance nécessaire à la diffusion est réduite par rapport à la diffusion en analogique.

Dans tous les cas, le DAB nécessite que les auditeurs fassent l’acquisition d’un nouveau récepteur. Les premiers récepteurs ont fait leur apparition sur le marché en 1998 . À fin 2003, environ 60 récepteurs différents étaient disponibles, 250 à fin 2004. La diffusion a déjà commencé dans plusieurs pays d’Europe, au Canada et également en Corée mais c’est en Angleterre que le DAB connaît son plus grand succès avec 1 million de récepteurs vendus à fin 2004 et un dépassement cette même année par rapport aux ventes de récepteurs FM.

Un organisme a été fondé: le WorldDAB (http://www.worlddab.org, en anglais) pour la promotion du DAB dans le monde, les évolutions du système et pour favoriser les échanges dans le monde des diffuseurs et constructeurs. Par exemple, un accord a été conclu avec le consortium du système Digital Radio Mondiale (DRM) de radiodiffusion numérique pour les ondes courtes, moyennes et longues afin que les constructeurs proposent à l’avenir des postes hybrides DAB/DRM à la manière des postes FM/AM actuellement.

Source: emetteurs.chCC