Des chercheurs de l’Université sud-coréenne de Sungkyunkwan et de l’Université du Nevada ont présenté récemment un dispositif d’affichage tactile d’une extrême simplicité, souple et d’une épaisseur de 0,2 mm.
La première application qui vient à l’esprit est un doigtier permettant à un aveugle de lire du braille, littéralement les mains dans les poches.

Koo-Tactile_Display

Le prototype décrit par l’équipe dans IEEE Xplore repose sur un polymère électro-actif, qui se déforme donc sous l’effet d’un courant électrique. Une variété de ce qu’il est convenu d’appeler “muscle artificiel”. Un réseau d’électrodes permet de contrôler une matrice de points susceptibles de provoquer une « image tactile » rudimentaire.
Un gant qui serait doublé à l’intérieur d’une membrane de ce type serait un formidable outil d’interaction pour des applications de « réalité virtuelle ». En contrôlant avec précision chaque point de stimulation tactile, un logiciel ad hoc saurait donner l’impression que la main entre en contact avec n’importe quel objet simulé par ordinateur.
Rêvons encore un peu plus : quand on saura réaliser une membrane de ce type entièrement transparente, il sera alors possible de donner un peu de relief aux écrans tactiles. Un futur iPhone pourrait ainsi nous proposer enfin des touches et un clavier qui parlent un peu à nos doigts.

Source: aietech.com | CC