La domotique se positionne clairement comme l’avenir de notre habitat. Pas moyen d’y échapper : l’électronique, l’informatique et les télécommunications gouverneront bientôt notre maison (domos en grec).

Si vous souhaitez contrôler la sécurité, le confort, la dépense en énergie et les communications de votre domicile, alors la domotique est toute indiquée. Cette nouvelle discipline se propose d’intégrer les appareils de votre maison au sein d’un système communiquant.

Pour avoir une longueur d’avance

Les Home Networks intéressent de plus en plus les industriels et les réseaux domestiques se multiplient. Ansi, la technologie Jini utilise le langage Java et permet à tous les appareils équipés de puces électroniques de communiquer autour d’une machine virtuelle. Dans la même idée, le Bluetooth qui a pour vocation de relier des systèmes à ondes radio, permet, avec un téléphone portable, d’être en contact avec son ordinateur, un agenda électronique, des appareils ménagers…

Pour la gestion des ambiances, tout se fait à partir de modules ultra simplifiés. Par exemple, Dobiss Modulair est une interface qui propose de diriger toutes les ambiances domestiques. Au moment de tourner la clé dans la serrure de la porte d’entrée, s’il fait nuit, la lumière du hall s’allume. Puis, le chauffage s’actionne pour porter la température au niveau adéquat. Au moment de vous coucher, il vous suffit de presser un bouton pour éteindre tous les luminaires et baisser les stores. Et bien entendu, la machine à laver ne se lance qu’au moment où le tarif des heures creuses s’applique.

Les dernières avancées

Dans la recherche en domotique, ce sont les matériaux intelligents qui ont la cote. Les chercheurs travaillent ainsi sur la conception de vitrages à transparence variable, grâce à des matériaux réagissant à des changements d’intensité lumineuse ou à des variations de température. En ce qui concerne les façades, les travaux portent sur l’intégration de plusieurs couches de matériaux. Un mur extérieur, en plus d’être porteur et résistant, doit isoler de la chaleur et du bruit, être insensible au feu, être imperméable à l’air et à l’eau, et pouvoir stocker et émettre de l’énergie.

Les experts en domotique planchent également sur une maison sans chauffage dans laquelle toutes les déperditions de chaleur sont réduites. Pour chauffer les pièces on utilise les sources de chaleur internes (appareils électriques, éclairage…) et l’énergie solaire (fenêtres orientées au sud). Et si ce n’est pas suffisant, on peut ajouter des revêtements chauffants ou des parois conductrices (béton renforcé par des polymères conducteurs). Enfin, les biotechnologies ne sont pas en reste. Des capteur bio-sensibles se proposent de mesurer la qualité de l’air et de détecter la présence d’acariens qui seront alors digérés par la moquette… Les biomatériaux et les matériaux à mémoire de forme peuvent aussi servir à l’autoréparation des bâtiments et des murs fissurés. Mais si toutes ces avancées n’en sont encore qu’au stade de la recherche, le High Tech, lui, tire son épingle du jeu. Ainsi, Panasonic sort le grand jeu en proposant un mur et une table interactifs. Si vous avez une grande maison, vous pouvez donc réserver un de vos murs à l’installation d’un écran interactif. Ce mur tactile, d’une superficie de 2 TV de 110’’, permet de lire vos e-mails, d’écouter de la musique, de jouer du piano virtuellement, de faire du basket, et accessoirement, de regarder la TV. La table, quant à elle, est munie d’un petit “agent” intelligent qui est capable de lire les données de votre téléphone portable quand vous le posez sur la table, mais aussi de contrôler tous les éléments automatisés de votre maison. Tout comme le mur, il s’agit d’un écran tactile. Vous pouvez donc communiquer avec votre agent en touchant la table de votre doigt.

Avancer ? Oui, mais doucement

La domotique annonce donc de grands progrès dans la gestion des taches quotidiennes. Mais la dépendance vis-à-vis de l’électronique et de l’informatique peut laisser songeur. Certains s’interrogent sur les risques d’atteinte à la vie privée ou sur les risques de piratage. Car en informatique, la sécurité n’est jamais parfaite. Les concepteurs en domotique devront donc prendre en compte cette crainte des consommateurs de voir leurs appareils domestiques à la merci d’une panne ou d’un pirate informatique.

Source: reflexiences.com | CC